Accueil / Informations complémentaires / L’Eglise de PESSAN
La voix dans tous ses éclats !

L’Eglise de PESSAN

L’abbaye

Elle fut détruite par les Sarrasins vers 725 et ravagée, encore, par les Normands au IX° siècle. En 1250 un incendie détruisit l’église et l’abbaye, mais deux ans plus tard ses autels purent être consacrés par l’Archevêque d’Auch. En 1748, à la demande des moines qui le réclamaient depuis longtemps, elle fut sécularisée et les moines cédèrent la place à un chapitre de douze chanoines.

L’Eglise actuelle

L’Eglise St-Michel de Pessan, désormais église paroissiale, est très différente de l’église des origines. Non seulement en effet sa reconstruction, après l’incendie de 1250, dura de longues années (ce qui explique peut-être que sa nef soit de style gothique et son transept de style roman), mais encore Paul Gabent, curé de Pessan de 1868 à 1907, travailla à lui donner son aspect actuel.

En 1876, dix-huit des stalles qui se trouvaient sur la tribune ont été déplacées et la tribune de ce fait s’est vue diminuée de moitié. Le carrelage a été refait et descendu de quarante centimètres ; le maître-autel a été installé en 1892 : il était réservé aux moines. Les messes de la paroisse étaient célébrées dans la chapelle Nord, d’abord dédiée à St-Lizier, puis à St-Roch qui y avait sa statue.

Vitraux

En 1873 furent posés les vitraux du chevet. Chacune des trois fenêtres représente deux personnages en pied : au milieu la Vierge et le Christ, à gauche St6Jacques en habit de pèlerin et St-Lizier patron de la paroisse, à droite St-Michel titulaire de l’église et St-Benoît fondateur de l’Ordre.

Objets classés

L’édifice est dans sa totalité classé Monument historique depuis le 1er mars 1960. Mais il possède d’autres objets classés ou inscrits à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques :

  • dans le Choeur, l’autel du chœur en terre cuite polychrome et pierre, de la fin du XIXe siècle ; une partie des stalles de bois sculpté (les autres se trouvant sur la tribune) ;
  • dans la chapelle de la Vierge, une Pietà du XVIe en bois doré et trois tableaux de J-B. Smets, récemment restaurés ;
  • dans la nef, quatre grands tableaux (L’Annonciation, La Visitation, Le Lavement des pieds et Les Disciples d’Emmaüs), et trois lustres de bois doré datant de la fin du XVIIIe